Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Homosexuels et bisexuels célèbres - Page 6

  • LES PAPES HOMOSEXUELS

    LES PAPES HOMOSEXUELS

     

     A la mort d’Agapet II, en 955, les plus riches familles romaines mettent de force Octavien (938-964) à l’âge de 17 ans sur le trône de Saint Pierre, sous le nom de Jean XII. Le jeune pape donne libre cours à son invention dans le domaine des débauches bisexuelle. Sur le plan politique, son règne est un tournant dans l’histoire car il marque la restauration du Saint Empire romain germanique et le début de la rivalité entre le pape et l’empereur.

     

    Théophyle (1012-1056) fils du comte de Tusculum est élu pape à trois reprises (1032,1045,1047) sous le nom de Benoit IX. La simonie et la débauche sont les principales caractéristiques de son pontificat, il se vautre sans retenue dans les orgies avec les deux sexes.

    Pour la Catholic Encyclopedia, c’est avec lui que la papauté toucha le fond de la décadence.

     Baldassarre Cossa  (1360-1419) élu pape en 1410 sous le nom de Jean XXIII, déposé par le concile de Constance en 1415. L'ambassadeur de Venise rapporte qu’il eût une longue relation amoureuse avec le cardinal Innocenzo Ciocchi del Monte qui partageait son lit. Accusé de viol, sodomie et inceste, il  est considéré comme un antipape par l’Église catholique romaine. C’est pour cette raison  que son nom et son numéro d'ordre furent utilisés, comme si celui-ci n'avait jamais exercé, par le cardinal Roncalli qui devint Jean XXIII lors de son élection à la papauté en 1958.

    En octobre 1439, une assemblée réduite de pères conciliaires réunis à Constance proclament la déchéance du pape Eugène IV de Rome, pour élire le duc Amédée VIII de Savoie (1383-1451) sous le nom de Félix V. L'Église catholique le considère comme le dernier des « antipapes » qui résida à Avignon, puis à Rome, et fera sa soumission au pape Nicolas V. en 1447.

    Liste des papes et antipapes

     

    (1378-1389) Urbain VI (Rome) concurrent de l’antipape Clément VII (Avignon) (1378-1394

    (1389-1404) Boniface IX (Rome) concurrent de l’antipape Benoît XIII (Avignon) 1394-1423)

    (1404-1406) Innocent VII (Rome)

    (1406-1415) Grégoire XII (Rome) concurrent de l’antipape Alexandre V (Pise) (1409-1410

    (1410-1415) antipape Jean XXIII (Pise)

    Enea Silvio Piccolomini (1405-1464) élu 210e pape de l'Église catholique en 1458 sous le nom de Pie II est connu dans la littérature sous son nom latin Æneas Sylvius , il est l’auteur de récits érotiques l'Historia de Eurialo et Lucretia. Historia de duobus amantibus (L'histoire de deux amants).

     

    Pietro Barbo (1417-1471) abbé, évêque, cardinal, élu pape en 1464 sous le nom de Paul II, Vaniteux, il s'amusait à se faire appeler Formosus (le beau), s'affichait dans des costumes extravagants, et il était surnommé par ses ennemis "Notre Dame de la Compassion. Il serait mort à la fin d’un repas, en se faisant sodomiser.

     

    Francesco della Rovere (1414-1484) élu pape en 1471 sous le nom de Sixte IV aimait les jeunes garçons, distribuait des offices en échange de faveurs sexuelles, a nommé cardinaux plusieurs jeunes hommes réputés pour leur beauté, entre autres son neveu  et amant Raphaël Riario, devenu cardinal à l'âge de dix-sept ans. L'historien et inquisiteur espagnol Juan Antonio Llorente rapporte “qu'il autorisa la sodomie durant les mois d'été  à cause des grandes chaleurs.” Cette accusation paraît toutefois peu crédible. Il marqua son pontificat comme protecteur des arts en faisant construire la Chapelle Sixtine.

    Rodrigo Borgia (1431-1503), pape sous le nom d’Alexandre VI de 1492 à 1503. Bisexuel

    il a trois  enfants, César Borgia, Lucrèce Borgia et Giovanni Borgia, il apprécie également les jolis garçons, tel Astorre Manfredi qu’il fait jeter dans le Tibre après en avoir abusé.

     

    Après la mort d’Alexandre VI, son ennemi personnel, Giuliano della Rovere (1443-1513) archevêque d'Avignon, est élu pape en novembre 1503 sous le nom de Jules II. Il convoque le concile de Latran qui condamne le concile schismatique de Pise suscité par Louis XII de France. Grand amateur d'arts, il charge Bramante de la nouvelle construction de la Basilique Saint Pierre dont la première pierre est posée le 18 avril 1506., commande à Michel-Ange les grandes fresques de la Chapelle Sixtine. Il fait venir à Rome de nombreux artistes qui redessinent la capitale. Il engendre rois filles, contracte la syphilis, au Cinquième concile du Latran (1511) les cardinaux tentèrent de le déposer, l'accusant d'être « un sodomite couvert de tares honteuses. »

    Jean de Médicis (1475-1521) est fait cardinal à l’âge de treize ans, par Innocent VIII. Élu pape en 1513 sous le nom de Léon X, il développe admirablement les arts et la littérature. Sous son brillant pontificat, Rome prend la place de Florence comme capitale culturelle. Il joue habilement du conflit entre François 1er et Charles Quint, s’alliant d’abord avec le roi de France, puis en 1521 avec l’empereur d’Autriche pour chasser les Français d’Italie. Cette même année, il excommunie Luther et condamne le schisme protestant Selon plusieurs historiens ses contemporains, il s'adonnait chaque jour à des vices contre nature ». André Degli, Ludovico Rangone et Malatesta Marc-Antonio Flaminio auraient été au nombre de ses amants

    Alexandre Farnèse (1468-1549) élu pape Paul III en 1534, bisexuel, ayant trois fils et une fille, il fait scandale en leur donnant des biens pris sur le patrimoine de l’Église catholique. Il fait édifier le palais Farnèse (qui est aujourd'hui l'ambassade de France à Rome). Il confie à Michel-Ange la direction des travaux de la basilique Saint-Pierre de Rome, et lui commande les fresques de la chapelle Sixtine.

    Jean ­Marie Gnocchi, (1487-1555) cardinal del Monte en 1536, remplit plusieurs missions importantes sous Paul III auquel il succède en 1550 sur le trône de Saint Pierre, sous le nom de Jules III. Il distribue généreusement charges, dignités et bénéfices ecclésiastiques à sa famille, ose nommer cardinal son mignon, Innocente Ciocchi del Montun âgé de dix-sept ans, et organise des orgies pédérastiques avec d’autres cardinaux à peine plus âgés. Ces faits indubitables sont rapportés par le cardinal Jean du Bellay, oncle du poète, présent à Rome à cette époque.

     

     Pietro Carafa (1476-1559) est élu pape en 1555 sous le nom de Paul IV. Son homosexualité est connue, et son népotisme fut plus outrancier que chez ses prédécesseurs.  Il réorganisa L’Inquisition de manière encore plus sévère. La dernière année de son pontificat, il créa l'Index librorum prohibitorum, la censure des livres suspectés d’hérésie ou de d’immoralité. Cette censure perdurera dans L’Eglise jusqu’en 1966 sous Paul VI

     

     

                                            

    Giovanni Battista Enrico Antonio Maria Montini (1897-1978)  est élu pape en 1963, sous le nom de Paul VI. En avril 1976, dans un article d'Il Tempo, l'ancien diplomate et écrivain français Roger Peyrefitte, dénonce l'hypocrisie de Paul VI sur la question de l'homosexualité. L'écrivain tient des informations selon lesquelles lorsqu'il était archevêque de Milan, Paul VI avait eu une aventure homosexuelle avec Paolo Carlini un jeune acteur de cinéma. Ces accusations sont reprises par Paul Hofmann, correspondant à Rome du New York Times. De son côté, Franco Bellegrandi, membre de la Garde noble pontificale, affirme que Paul VI, alors archevêque de Milan, s'est fait interpeller par la police locale au cours d'une de ses visites nocturnes, que sous son pontificat des employés furent licenciés pour faire place à ses favoris, et confirme que l'acteur avait libre accès aux appartements pontificaux. En 1993, l'abbé Georges de Nantes, quant à lui, fait état d'un dossier détenu par la Brigade des mœurs de la police de Milan qui témoigne que Paul VI au moment du conclave de 1963, fréquentait les milieux homosexuels. En dépit de toutes ces faits, le pape Paul VI a été béatifié.

     

    Sources :

    George de Nantes, The Catholic Reformation in the XXème (1969)

     Paul Hoffman, A Silghtly Wicked View of the Holy See (1984)

    Franco Bellegrandi, Nichitaroncalli  controvita di un Papa (1994)

    Doctoress Randy Engel, The Rite of Sodomy, Homosexuality and the Roman Catholic Church (2006)