Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Homosexuels et bisexuels célèbres

  • LES AMOURS MASCULINES de Michel FOUCAULT

    Michel  FOUCAULT

    (1926-1984)

               

                Né à Poitiers, dans une famille aisée (son père est chirurgien, sa mère médecin) Michel vit très mal son homosexualité, se drogue et tente plusieurs fois de se suicider. La mort ne veut pas de lui, il va devenir un des plus grands philosophes du 20ème siècle. Diplômé de l'Ecole normale supérieure en 1950, agrégé de philosophie en 1951, il est - grâce à l'appui de Georges Dumézil - successivement lecteur de français à Uppsala, Varsovie, et Hambourg. L'ambassadeur de France à Varsovie apprend que le jeune amant de Foucault est secrètement chargé par le gouvernement communiste d'espionner les milieux diplomatiques. Découverte, cette aventure vaudra au philosophe l'hostilité de certains dirigeants universitaires.

                 Il est professeur à Tunis lorsqu'éclate la révolte étudiante de mai 1968. A ce moment paraît Les Mots et les Choses dont le succès est énorme. Foucault assume maintenant sans complexe son homosexualité : après la rupture d'une liaison de jeunesse avec le compositeur Jean Barraqué, à Clermont il n'hésite pas à nommer assistant Daniel Defert, son amant le plus fidèle qui l'accompagnera jusqu'à sa mort. Bien que Foucault soit nettement marqué à gauche, Christian Fouchet, ministre du Général de Gaulle lui confie la réforme de l'enseignement.

                L'originalité de Foucault réside surtout dans sa pensée d'historien, souvent à contre courant des clichés habituels. D'une intelligence exceptionnelle, toujours soutenue par l'érudition, le philosophe est également historien des concepts, son Histoire de la sexualité est une éthique qui commence par La Volonté de Savoir en 1976, puis L'Usage des Plaisirs et Le Souci de soi. Dans le premier volume consacré à la Grèce, il écrit: "C'est à partir de l'amour pour les garçons qu'est apparue l'inquiétude sur la sexualité, parce que, contrairement aux femmes qui - épouses ou objets de plaisir - n'avaient pas à être courtisées, les garçons, eux, étaient libres de choisir à qui céder, mais il y a une contradiction entre leur homosexualité d'adolescent et leur future virilité."

                Pour lui, la pédérastie des gens de l'Antiquité: l'amour d'un adulte pour un éphèbe, considéré comme normal et légitime n'est qu'une étape de la vie, car l'adolescent eromène doit devenir un adulte eraste. Cette liaison n'a rien à voir avec la définition actuelle de l'homosexualité, car l'union de deux hommes du même âge, condamnée dans l'Antiquité, lui apparaît de même impensable de nos jours: " Comment-est-il possible à deux hommes de vivre ensemble, de partager leur chambre, leurs repas, leurs loisirs, leurs chagrins, hors d'une relation institutionnelle de famille.(…) La vie sexuelle entre deux hommes adultes est impossible."

                 C'est le misanthrope qui parle, l'amoureux fou de la solitude. Et on ne peut lui reprocher de se contredire lorsqu'il affirme à Sylvie Lacan: " Il n'y aura pas de civilisation tant que le mariage entre hommes ne sera pas admis.",car, fidèle au modèle grec éraste/éromène de l'Antiquité, à l'image de sa propre vie sexuelle, il condamne et exclue les couples formés par deux hommes du même âge. Ses amants ont toujours été des adolescents beaucoup plus jeunes que lui.

    A la fin de sa vie, Foucault multiplie les rencontres fortuites avec des garçons de passe, il dit (sincérité ou cynisme?):" Le meilleur moment en amour, c'est quand l'amant part en taxi, c'est une fois l'acte sexuel fini qu'on se rappelle son sourire, la chaleur de son corps, le son de sa voix, c'est le souvenir plus que l'anticipation de l'acte qui joue un rôle important dans la relation homosexuelle."C'est pourquoi les plus grands écrivains homosexuels de notre Culture (Cocteau, Genet, Burroughs) écrivent bien à propos de l'acte sexuel." [1]

    En 1981 à New York et  San Francisco Foucault découvre, pratique et prône: " la drogue et la subculture sadomasochiste comme création de plaisir." En 1983, il écrit dans son Journal:

    " Je sais que j'ai le sida, mais mon hystérie me permet de l'oublier." Lorsqu'il meurt en 1984, le sida est encore tabou. La presse écrira: " Foucault est mort d'un cancer."

                 L'homosexualité du philosophe est la clé de sa pensée, la raison de son intérêt pour toute minorité persécutée, prisonniers ou malades mentaux. Il voit dans l'homosexualité  un pouvoir subversif plus qu'un comportement sexuel : " Les homosexuels ont conscience d'appartenir à un groupe social particulier, à une sorte de société secrète, race maudite ou privilégiée ?"

                Il  souhaite que les homosexuels assument un rôle politique qui ne doit pas s'arrêter à la libéralisation des lois concernant le choix sexuel. Le concept qui enferme les homosexuels dans la caractéristique de déviants doit être démantelé: " Un professeur homosexuel ne devrait pas poser plus de problèmes qu'un professeur chauve." (…) C'est le mode de vie homosexuel, beaucoup plus que l'acte sexuel lui-même, non conforme à la nature, qui inquiète les gens. Croiser un inconnu et s'envoyer en l'air dans le quart d'heure qui suit n'est pas vraiment ce qui choque le pouvoir, mais que deux hommes commencent à s'aimer et souhaitent vivre ensemble, voilà le problème pour l'opinion publique car cela perturbe le modèle social, l'institution du mariage étant prise à contre pied."

                Si le philosophe construit son système de valeurs en renversement des valeurs chrétiennes, il récuse cependant la responsabilité de la morale chrétienne dans la répression. Il ne nie pas la répression, il la déplace historiquement. Il n'accepte pas l'opposition entre une pensée païenne tolérante à toute liberté sexuelle et la morale triste et restrictive qui va suivre après l'avènement de Constantin.

                Selon Foucault, les pratiques sexuelles bénéficient d'une certaine tolérance au XVIIIème siècle, tant qu'elles se limitent à une simple rencontre physique discrète par exemple dans les bains publics. Cette affirmation doit être nuancée: certes tout était permis aux grands seigneurs - Monsieur, frère de Louis XIV, donnait l'exemple, mais "les mouches"  de la police traquaient et envoyaient à La Bastille les hommes du peuple, pris en pleine action dans les jardins des Tuileries, et le dernier bûcher fut dressé à Paris le 3 juillet 1750 pour Jean Diot, domestique âgé de quarante ans, surpris en  train de sodomiser  Bruno Lenoir, cordonnier âgé de vingt ans.

    Néanmoins Foucault affirme que c'est seulement le 19ème siècle bourgeois, puritain qui est devenu moraliste.

                Tous ses livres sont nourris par son autobiographie: "Mes livres ont toujours été mes problèmes personnels avec la folie, la prison la sexualité."2 Il refuse l'obligation du "bon sexe" imposé par le bon pouvoir, l'assujettissement et l'enfermement dans un système de pensée. Il est l'archéologue de sa propre existence autant que celui des disciplines scientifiques qu'il exhume. Sa remarquable intelligence lui permet de disséquer toutes les zones de l'être vivant. Il juge d'abord absurde les distinctions entre le corps et l'esprit, l'instinct et l'idée, la sexualité et le crime, mais son jugement se double aussitôt de son contraire, sans se détruire, sans se désavouer. Il ne consent jamais à être tout à fait à l'aise avec ses évidences, car il estime que toute forme de savoir est relative. Cette exigence de vérité, cette distanciation constante entre sa pensée et son écrit est la raison de son extraordinaire audience. Il demeure le philosophe contemporain le plus célèbre du XXème siècle.

     

     Michel Larivière

     



    [1]Gai Pied, N° 151, 1985

    2 Gai Pied N°126,1984