Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2011

Édouard VIII , éphémère roi des bi

« Officiellement, vous serez chargé de mes chevaux, mais en fait vous demeurerez ce que vous avez toujours été : mon plus grand ami… » Lettre du prince Édouard à E. Metcalfe

Fils aîné du roi d’Angleterre George V , le prince de Galles apparaît sur une photo prise le jour de son investiture comme un prince de conte de fées, beau et très efféminé. À Cambridge, selon ses condisciples, l’héritier du trône sait rester discret dans ses amitiés particulières.

Mais, dès son adolescence, sa liaison avec son cousin Louis Mountbatten devient trop visible au gré de la cour. Le roi préfère éloigner son fils en l’envoyant faire le tour du monde. Édouard a 24 ans. Il écrit ses instructions : « Durant tous mes voyages, Louis Mountbatten sera près de moi pour veiller à mon confort. Il devra toujours occuper une chambre – même petite – juste à côté de la mienne. » Louis, 18 ans, est officiellement l’aide de camp du prince. Le couple va pouvoir filer le parfait amour à l’abri des commérages.

Quand Mountbatten épouse Edwina Ashley, en 1922, le prince, qui a besoin d’un compagnon fidèle, choisit alors Edward Metcalfe, responsable à la cour du polo et des activités équestres. Cette liaison durera jusqu’en 1925. À l’automne 1922, le prince presse Metcalfe : « Je vous écris pour vous dire de renoncer à cette idée stupide de retourner aux Indes. J’insiste pour que vous restiez auprès de moi. Officiellement, vous serez chargé de mes chevaux, mais en fait vous demeurerez ce que vous avez toujours été : mon plus grand ami. » En 1924, lorsqu’il accompagne le prince à New York, Metcalfe perd son portefeuille qui contient de nombreuses lettres d’Édouard. Ces lettres tomberont dans les mains d’un journaliste américain qui… attendra 1972 pour publier une biographie qui ne cache rien de la bisexualité de l’héritier du trône d’Angleterre.

A près un voyage en Afrique du Sud, le prince et Metcalfe sont inséparables, au point que la famille royale en prend ombrage. Le roi George V écrit dans son journal : « J’ai demandé à David [Édouard] de renvoyer Metcalfe qui a une très mauvaise influence sur lui. David m’a tenu tête et a refusé obstinément de s’en séparer. » Le prince tente de faire muter Metcalfe dans un régiment de cavalerie en Angleterre, mais le roi ordonne son affectation aux Indes.

Le roi George et la reine Mary se désespèrent de voir le prince mener une vie qu’ils jugent dissolue. Ils tentent à plusieurs reprises de lui présenter la princesse qui le ferait rentrer dans la « normalité ». Peine perdue, toutes ces jeunes filles sont repoussées. Et c’est un roi célibataire qui monte sur le trône en janvier 1936. Il avait eu auparavant deux liaisons avec des femmes mariées : Freda Dudley Ward, puis l’Américaine Thelma Furness. Cette dernière écrira des Mémoires qui nous apprennent beaucoup sur la vie sexuelle du prince de Galles et ne cachent rien de ses médiocres qualités d’amant. Avant de s’embarquer pour les États-Unis, Thelma présente Wallis Simpson à Édouard en lui disant de « s’en occuper ».

Le premier mariage de Wallis avec l’officier de l’U.S. Navy Wim Spencer a été un échec, car Wim est alcoolique et… homosexuel. Wallis se remarie à Ernest Simpson, mari complaisant, flatté que sa femme devienne l’intime du roi et d’être lui-même invité à la cour aux dîners de gala. Mais c’est un sujet de scandale pour l’opinion publique et pour le gouvernement britannique. Comprenant que cette situation ne peut durer, Wallis demande le divorce.

On ne sait quel arrangement a été conclu avec le mari, mais Ernest Simpson déclare obligeamment au tribunal que c’est lui qui trompe sa femme et qu’il consent au divorce. Bien entendu, les Britanniques connaissent les liens entre le roi et l’Américaine, et sont choqués de le voir paraître officiellement au côté de son amante. Édouard, à peine couronné sous le nom d’Édouard VIII, est contraint d’abdiquer en décembre 1936.

Comment Wallis a-t-elle séduit Édouard ? Certains prétendent qu’elle est devenue sa « maîtresse », en donnant à ce mot le sens de dominatrice dans des jeux sexuels sadomasochistes. À l’évidence, tout le monde peut au moins constater ceci : une fois mariée à Édouard, Wallis n’hésite pas à le gronder et à le rudoyer en public. Lui, soumis, obéit comme un petit garçon à sa mère. À dater du jour où le duc
est marié, il refoule son goût pour les garçons, criant haut et fort qu’il « déteste ces folles efféminées qui se tortillent », comportement assez courant chez les homosexuels honteux.

Mais en vérité Édouard n’a pas abdiqué par amour pour Wallis. En mars 1936, quand l’armée allemande, violant le traité de Versailles, occupe la Rhénanie, le roi, qui d’après la Constitution ne doit pas influencer la politique britannique, sort de son rôle en déclarant au gouvernement qu’il est farouchement opposé à une intervention franco-britannique. Le Premier ministre, Stanley Baldwin, voit dans cette attitude une trop grande affinité avec l’Allemagne nazie et exige l’abdication du nouveau souverain.

Voici le témoignage de M. de Charbonnières, attaché à l’ambassade de France en 1936 : « Le Premier ministre, ayant eu connaissance des contacts secrets et des liens très étroits du roi avec les nazis, avait exigé l’abdication. Le prétexte de sacrifier son trône à son amour pour Mme Simpson convenait parfaitement pour l’opinion publique. »

Les craintes du Premier ministre seront confirmées par les faits. Le nouveau duc de Windsor (dignité conférée par son frère devenu George VI , et assortie d’une condamnation à l’exil) vit quelque temps à Paris, puis accepte en 1938 les invitations de Mussolini et de Hitler. Avant la chute de Paris, en 1940, il se réfugie à Lisbonne. Winston Churchill est alors informé d’une conspiration d’Édouard avec les  dirigeants nazis. Le Premier ministre britannique, averti de la trahison du duc, le contraint à accepter le
poste de gouverneur… des lointaines Bahamas !

A près 1945, le couple Windsor voyage en Europe et aux États-Unis. La duchesse s’accommodait fort bien de l’homosexualité du duc : « J’ai épousé le duc pour le meilleur et pour le pire, mais pas pour le déjeuner », disait-elle. Dans la journée, chacun vivait de son côté, ils se retrouvaient le soir pour les dîners et réceptions mondaines. Le duc était frivole, peu curieux de culture. Le golf et sa garde-robe étaient ses seuls sujets de distraction.

En 1950, la duchesse est séduite par le charme et la drôlerie de Jimmy Donahue, un milliardaire new-yorkais excentrique exclusivement homosexuel et qui, malgré ses 40 ans, est resté très bel homme. Wallis le présente au duc qui est séduit à son tour. Bientôt, le mari, la femme et l’amant du mari ne se quittent plus et forment un ménage à trois. Ce qui n’empêcha pas Édouard et Wallis de représenter, pour l’opinion publique et les médias, un « couple modèle »…

11:50 Publié dans Royal | Lien permanent | Commentaires (5) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |